Graine de Pitchouns - Kelvin Amian

La réaction du défenseur violet
"Un sentiment mitigé"
Les U19 cartonnent!
Les Résultats des autres équipes toulousaines

Portrait du défenseur central des Pitchouns

Date de dernière mise à jour le 07/02/2016 à 11h00

Graine de Pitchouns - Kelvin Amian

Nouvelle semaine, nouveau Pitchoun. Aujourd'hui, nous sommes allés à la rencontre du défenseur central des Pitchouns Kelvin Amian. Présentation de ce polyvalent défenseur, discret, mais extrêmement ambitieux !

 Kelvin présenté par Clément Bedos : 

"Kelvin, c'est un garçon très timide, ce qui ne l'empêche pas d'avoir un fort caractère. C'est un bon mec dans la vie. Sur le terrain, il ne fait pas beaucoup de bruit mais ses prestations parlent pour lui ! Sa polyvalence fait de lui un joueur important dans une équipe. Il peut aussi bien jouer dans l'axe que sur un côté. J'aime bien évoluer avec lui en charnière centrale." 

D'entrée, Kelvin Amian, qui fêtera ses 18 ans lundi, ne fait rien pour trahir les dires de son partenaire. Timide, il n'y a pas débat possible, le garçon l'est. Pas un mot plus haut que l'autre, analyse longue de la question, réponse posée. Si la grande majorité des jeunes pousses toulousaines aime se prêter au jeu des questions/réponses, la prestation de Kelvin ressemble étrangement à celle d'un de ses aînés au Centre de Formation. Et par n'importe lequel.. 

 "Issa Diop était mon voisin à Balma. J'ai suivi un peu son parcours, il jouait à Balma avant moi, a rejoint le club à l'école de formation. On peut dire que je suis ses pas, en quelques sortes (rires). Nous étions dans le même collège et le même lycée. Il y a pire que de suivre son parcours ! Mais j'aime surtout le style de Raphaël Varane, et je m'inspire de Serge Aurier pour le travail au poste de latéral. Evidemment, il était déjà bon au Téf, mais à Paris, c'est un monstre. Il a tellement progressé.. " 

Au fil de l'échange, le garçon se dévoile, un peu. Assez pour connaître son arrivée particulière au club en 2007, qu'il ne quittera plus.

"J'ai commencé le foot à l'âge de 8 ans à Balma. J'ai toujours joué au football, à l'école et chez moi. J'ai été le premier de ma famille à intégrer un centre de formation. Mes deux frères font également du foot, l'un à Castanet, et l'autre à l'école du football du Téfécé. Mon père travaillait au service de sécurité du club, et j'ai pu réaliser un test en 2007. Il  a été concluant. L'année d'après, j'intègre l'école de foot, puis la préformation et enfin le Centre." 

Les années se suivent, les progrès s'empilent. Après des play-offs U19 disputés la saison passée, le défenseur central - latéral multiplie désormais les titularisations avec la formation de Jean-Christophe Debu, en CFA2. A cela ajoutons une place dans le groupe professionnel pour le déplacement à Bastia au mois d'octobre dernier. Le tout à seulement 18 ans. Une particularité loin de le déstabiliser ! 

"J'ai fait un bon début de saison, et m'entraînais régulièrement avec les pros. J'ai même fait un banc à Bastia. Une blessure aux adducteurs m'a freiné, et j'ai mis un peu de temps à bien revenir. Maintenant, je pense retrouver mon niveau. Je dois continuer sur cette voie, retrouver le groupe professionnel. Un banc, c'est bien, mais c'est loin d'être une finalité. Mais je ne vais pas me précipiter. Pour l'instant, je travaille et j'apprends ! " 

"Rien ne remplace la compétition"

Titulaire en Gambardella, Kelvin retrouve en coupe ses partenaires de chambrée, et particulièrement son binôme de l'axe central Clément Bedos. Le résultat, deux matchs - deux clean-sheets pour ce début de parcours.  

"J'essaie de rester le plus possible avec la CFA2, mais quand j'évolue avec les U19, je donne mon maximum pour aider mes partenaires, et je retrouve mon collègue de charnière Clément Bedos. Il nous arrive de nous donner des défis, des clean-sheets (rires).  Les premiers matchs avec la CFA2, c'est impressionnant, tu joues face à des "papas". Avant le match, tu as le stress. Mais quand le coup de sifflet est donné, il n'y a plus de petit Kelvin et de différences d'âge. Dans l'intensité, les duels sont plus rudes. Je progresse beaucoup plus vite dans ce domaine. En U19, le jeu est plus au cœur des choses. Je progresse sur des aspects techniques. Ce mélange est bénéfique." 

Pour continuer de peaufiner un potentiel déjà évident, Kelvin peut également compter sur l'apport de sa famille, toujours localisée à Balma, et qui n'hésite pas à faire les déplacements pour soutenir l'aîné de la fratrie. 

"Il faut aussi être conscient de la chance que nous avons. Évoluer aussi jeune en CFA2, cela n'a pas de prix. Rien ne remplace la compétition. Quand tu fais face à des gabarits de CFA2, tu ne peux que progresser. Les infrastructures sont véritablement au top niveau. Et puis ma famille habite à côté, c'est rare qu'elle ne soit pas dans les tribunes pour me soutenir, même à l'extérieur. C'est important pour moi de les savoir derrière moi. Un coup d’œil à l'échauffement me suffit pour me mettre en confiance. Mes parents ne sont pas expressifs, ils sont calmes, même lorsque je suis au sol". 

Discret, mais ambitieux  

Les nombreuses qualités ne sont pas passées inaperçues aux yeux des sélectionneurs français. Ainsi, Kelvin compte déjà à son actif de nombreuses apparitions sous le maillot bleu U17 ! Une fierté - loin d'être une finalité - pour le garçon. 

"La phrase est peut-être bateau, mais ce n'est que le début. C'est toujours satisfaisant de faire plusieurs sélections en Equipe de France. J'étais content, parce que j'avais aussi qualifié mon pays pour l'Euro. Après, il y a aussi de nombreux jeunes qui ont évolué avec les équipes de jeunes et n'ont pas percé. Donc je ne dois pas m'emballer. J'ai aussi eu la chance de toujours faire des rassemblements accompagné d'un partenaire toulousain !"  

Discret - voire timide - le nouveau statut du jeune garçon l'oblige cependant à s'exprimer sur le terrain comme dans les vestiaires. Et comme dans presque tous les domaines, Kelvin progresse. Patiemment.  

 "Les deux coachs me demandent de prendre mes responsabilités sur le terrain. Après, il est évident que lorsque j'évolue avec les U19, je me dois aussi de prouver pourquoi je passe de nombreux week-end à l'étage au dessus. Ce n'est pas de la pression, parce que mes partenaires me connaissent, je suis bien avec eux." 

Si bien que Kelvin réalise avec la formation de Jean-Marie Stéphanopoli un sans-faute en Coupe Gambardella, avec deux clean-sheets en autant de matchs disputés. Une série à continuer dans trois semaines, avec la réception de Nîmes pour les seizièmes de finale ! Une chose est certaine,  avant son échauffement, Kelvin aura les yeux tournés vers les tribunes..