Actualités > TFC/OM : Une histoire sans fin

14/09/2013
TFC/OM : Une histoire sans fin
Une impression de déjà-vu a plané sur ce Toulouse-Marseille (1-1), cinquième journée de Ligue 1, engagé et engageant que le TFC a maitrisé sans pour autant pouvoir accrocher ces trois points si importants pour lancer définitivement leur saison.

A Toulouse, Stadium, 20 111 spectateurs

Toulouse Football Club - Olympique de Marseille (mi-temps 0-0)

Compo TFC : Ali Ahamada – Aymen Abdennour – Uros Spajic – Serge Aurier – Issiaga Sylla – Etienne Didot (Cap.) – Pavle Ninkov – Clément Chantome – Oscar Trejo – Wissam Ben Yedder – Martin Braithwaite

Remplacements : Adrien Regattin pour Braithwaite (75è), François Moubandje pour Sylla (84è), Pantxi Sirieix pour Ninkov (8(è)

Entraineur : Alain Casanova

Compo OM : Steve Mandanda (Cap.) –Nkoulou – Lucas Mendes – Jérémy Morel – Rod Fanni – Alexys Romao – Giannelli Imbula – Dimitri Payet – Florian Thauvin – Mathieu Valbuena – André-Pierre Gignac

Remplacements : Jordan Ayew pour Thauvin (53è), Saber Khalifa pour Payet (70è), Benjamin Mendy pour Morel (86è)

Entraineur : Elie Baup

Avertissement : Oscar Trejo (36è), Giannelli Imbula (62è), André-Pierre Gignac (70è), Serge Aurier (70è)

Arbitres de la rencontre : Monsieur Stéphane Lannoy assisté de Messieurs Frédéric Cano et Eric Dansault.

Dans une partie où les nouveaux visages 2013-2014 font légion sur la pelouse du Stadium, ce sont pourtant eux qui impriment le tempo de ce début de partie. Dimitri Payet s’échappe du marquage d’Aurier avant de centrer trop longuement pour Thauvin qui ne peut reprendre l’offrande (4è). Martin Braithwaite, ensuite, tente de répondre aux Phocéens en profitant des largesses de la défense olympienne mais là aussi, sa passe ne trouve pas preneur (6è). Le Stadium va s’enflammer véritablement pour la première fois lorsque Chantome dépose Nkoulou avant de remiser en retrait son ballon, Mandanda se détend mais ne peut qu’effleurer du bout des gants cette balle. L’attaquant danois du TFC, bien placé, récupère au point de pénalty et sa tentative qui se dirige vers le fond des filets est sauvée miraculeusement par Morel de la tête sur sa ligne (9è).

Le néo-Marseillais, Florian Thauvin, tente sa chance des vingt-deux mètres pour la première fois sous les couleurs bleues et blanches. Celle-ci trop écrasée passe loin du poteau gauche d’Ahamada (11è). Les hommes de Casanova continue à maintenir la pression sur la surface du portier international français de l’OM. Le capitaine Etienne Didot, ensuite, tire un coup-franc plongeant que, seul Romao, dévie du bout du pied pour intervenir aux devants d’un Ben Yedder qui n’attendait que cela (14è). Oscar Trejo lance Ben Yedder sur la gauche qui repique son ballon au second poteau pour Ninkov. Ce dernier, sur un contrôle du droit, élimine Morel qui se prend les pieds dans le tapis et regarde le Serbe frapper seul à dix mètres de Mandanda. Néanmoins, le tir trop mou, au ras du sol, permet aux Olympiens de rester à égalité au tableau d’affichage (18è).

Tandis que les deux coaches, debout, sont dans la même partie de leur zone technique, Pavle Ninkov encore lui, des vingt-cinq mètres, reprend magnifiquement et puissamment de volée de l’extérieur du droit un cuir mal renvoyé par l’axe marseillais. Le talent de Mandanda est de nouveau mis à contribution en faisant une parade de grande classe (23è). A la demi-heure de jeu, on a repris les mouvements de base et de construction, les Violets recherchent et décalent sur les ailes afin de bouger le bloc bien en place imaginé par Elie Baup. Le jeu devient malgré tout plus haché et a perdu en intensité. Sur un ballon mal dégagé de la tête par le Serbe Spajic, Payet récupère miraculeusement et après avoir beaucoup trop tergiversé, il retombe sur un Ali Ahamada impeccable avant qu’Aurier ne soulage sa défense (34è). Sur le coup, après avoir effacé le portier haut-garonnais, l’ex-Lillois en a trop fait en enchainant le dribble de trop et en oubliant complètement Gignac, esseulé puis furieux au second poteau. Suite à un centre bien remisé du front par André-Pierre Gignac, peu en verve pour l’instant, Valbuena se couche bien sur la balle pour la reprendre là-aussi d’une jolie volée bien captée par Ahamada (38è).

Le public violet retrouve de la voix lorsqu’Etienne Didot, sur un corner repoussé dans l’axe, s’essaye à une frappe lointaine non cadrée à l’entrée de la surface (41è). Monsieur Lannoy renvoie les vingt-deux acteurs à leur vestiaire, sans pour autant se priver de regarder APG envelopper son ballon trop au-dessus de la lucarne et de la barre transversale (45è+1). L’attaquant olympien a profité d’une intervention trop courte de Spajic pour se présenter en face-à-face avec Ahamada. Des occasions et du danger devant les deux buts ont rythmé cette première période, pleine d’entrain et d’allant, où les gardiens ont su prouver leurs forces et valeurs.

Deux libérations pour un seul petit point

Alors que les six remplaçants violets se sont échauffés durant la pause, le second acte est sifflé par l’arbitre central et le beau jeu reprend ses droits. Payet entame les tentatives de l’OM, comme lors des quarante-cinq premières minutes, par ce coup-ci, une frappe des vingt-huit mètres qui finit loin du cadre toulousain (50è). Là encore, la réaction ne se fait pas attendre longtemps avec l’Argentin Trejo poussant du bout du pied pour Sylla, sur la gauche de la surface, le Guinéen tente sa chance mais cela s’envole largement dans les tribunes du Stadium (53è). Issiaga Sylla se mettra de nouveau en évidence à deux reprises par des tirs contrés par les défenseurs phocéens (54 et 55è). C’est l’instant toulousain peu avant l’heure de jeu puisque Spajic, sur un corner parfait de Chantome, dépose son ballon de peu à côté des buts de l’ex-portier du Havre (56è). La pression et le pressing du bloc violet empêchent les relances correctes et précises de l’arrière-garde olympienne. Ainsi, comme souvent, Marseille réagit sur coup de pied arrêté avec Lucas Mendes dont la tete est sauvée par Ben Yedder, bien posté le long de son poteau de but (60è).

Le travail de sape du Touulouse FC repart de plus belle jusqu’à ce que Trejo trouve en profondeur Braithwaite, parti à la limite du hors-jeu, dans la surface. Ce dernier fixe Steve Mandanda et la décale instantanément en une touche de balle pour Wissam Ben Yedder qui marque (1-0, 66è). Une première réalisation en Ligue 1 cette saison pour le vif attaquant international des espoirs tricolores qui libère tout un stade et lui redonne une confiance qui semblait le fuir ces derniers temps. Une confiance qui semble se propager à l’ensemble du onze toulousain, le défenseur central Serge Aurier tentant même de quarante mètres un lob sur Steve Mandanda qui capte finalement le ballon (76è).

Mais le futur adversaire d’Arsenal en C1 cette semaine se rebelle et se rebiffe de tout son orgueil ; forçant Abdennour a dégagé en catastrophe à la suite d’un centre rasant de Jordan Ayew. Toute la défense toulousaine se met en évidence au cours de cette affiche, Aurier tentant encore une fois une frappe de loin qui s’échappe dans le petit filet du portier marseillais (80è). La tension s’installe peu à peu, dans ces toutes dernières minutes de la partie, aussi bien sur la pelouse que dans les travées d’un Stadium heureux à l’idée de glaner les trois premiers points de cette saison. Malheureusement, le Brésilien Lucas Mendes vient éteindre le bonheur toulousain en sautant plus haut que Spajic sur un coup franc délivré sur son crane au second poteau par Valbuena (1-1, 87è). Auteur d’un grand match, Ali Ahamada n’a pas pu intervenir sur cette tête croisée malgré un plongeon rapide sur sa gauche. L’image de la joie marseillaise et de tout le banc de touche, Elie Baup en leader, prouve la difficulté que lui aura causée cette vaillante formation violette. Dans les arrêts de jeu, Etienne Didot aura beau essayer d’une reprise de volée des trente mètres de tromper le gardien bleu et blanc mais plus rien n’y fera.

Une nouvelle désillusion et immense déception à domicile pour ce TFC qui ne débloque pas sa situation comptable au classement. A l’issue du derby de la Garonne, un gout d’inachevé était resté dans la bouche des Toulousains et ce bis repetita risque encore de laisser quelques traces. Pourtant, comment ne pas croire à de meilleurs lendemains lorsque l’on voit le jeu pratiqué par les hommes d’Alain Casanova ? La première réponse sera donnée et apportée au Stade Geoffroy-Guichard dès vendredi soir face à l’ASSE (20h30, Bein Sport).

 

SONDAGE
Selon vous, à quelle place terminera le TFC cette saison en L1?