Graine de Pitchouns
- Hakim El Mokeddem

Partager l'article
Publié le 17/05/2018 à 17h11
Modifié le 17/05/2018 à 17h11

A trois jours de l'ultime journée de championnat de National 3, qui verra nos Toulousains lutter à Nîmes pour la montée, retrouvez ce mercredi un portrait d'Hakim El Mokeddem. Redoutable dribbleur au talent connu de tous, le Pitchoun commence à confirmer, avec ses sept réalisations, les nombreux espoirs placés en lui.

Samedi à Nîmes, Hakim et ses partenaires joueront une finale, pour la dernière journée de championnat de National 3. Samedi, Hakim sera attendu, comme d'habitude. Ses dribbles, ses accélérations, ses redoutables capacités balle au pied seront l'unes des armes principales de l'attaque toulousaine. Depuis qu'il est arrivé au coeur de la Ville rose, le jeune homme, originaire de Perpignan, n'a de cesse d'impressionner. 

Eternel surclassé, rapidement devenu membre fort de la génération 1998 (lui le 1999), Hakim progresse de saison en saison, au fil des catégories, jusqu'à devenir un élément fort de la réserve, tout en réalisant les entraînements avec le groupe professionnel. Dès son arrivée, pour s'imposer dans le vestiaire, lui le petit jeune, Hakim la joue finement, et utilise le rire : "C'est vrai, je suis un déconneur, j'aime bien blaguer avec mes amis. Mine de rien, en chambrant tes partenaires, tu t'intègres rapidement, et surtout, le groupe vit bien. Ici, j'ai toujours connu des supers groupes d'amis". 

Sur le terrain, s'il se balade balle au pied, l'international tricolore doit pourtant faire de nombreux efforts sur le plan physique : frêle, résister aux duels face à des joueurs plus âgés est une nécessité absolue. Tout un programme. Ainsi, il n'est pas surprenant de le voir performer au cours de sa deuxième saison dans une même catégorie, comme c'est le cas actuellement. Sa participation l'été dernier à la préparation du groupe professionnel lui a été précieuse : "En salle, j'ai appris à travailler, j'ai constaté ce que de nombreux exercices sont capables de m'apporter au quotidien. Je suis toujours le programme concocté par notre préparateur Stéphane Lasbatx. Il me fallait vraiment m'améliorer dans ce domaine pour continuer de progresser sur le terrain."

Remise en questions

Tout n'a pas toujours été rose pour Hakim au TFC, et notamment la saison passée, au cours d'un exercice manqué. Et si l'attaquant sait prendre ses responsabilités sur le terrain, loin de lui l'idée de ne pas avouer ses propres torts en dehors. "L'année dernière a été compliquée pour le groupe de la CFA2. Nous étions jeunes, inexpérimentés dans ce championnat, et attendus par nos adversaires. Nous avions du mal avec l'intensité proposée dans certaines rencontres. Notre bonne saison actuelle s'explique aussi par les efforts que nous avons faits auparavant. Nous sommes sûrs de nos forces."

Peu utilisé par les staffs U19 et CFA2, le Pitchoun se dispersait alors trop, et en subissait de logiques conséquences : "Très honnêtement, je n'ai pas toujours eu le meilleur comportement pour me permettre d'avoir de bons résultats, et ce malgré la confiance accordée par mes différents coachs. Depuis la fin de saison dernière, mon approche est tout autre : j'ai progressé mentalement, je sais mieux faire la part des choses entre la rigolade avant le match et la compétition. Désormais, sur un terrain, je dois et réussis à faire mieux, cela se ressent d'ailleurs au niveau de mes stats".

Celles-ci ne mentent pas, avec sept réalisations pour seize titularisations, contre une seule petite unité la saison passée. Sans oublier une participation décisive dans le bon parcours de nos Pitchouns en Coupe Gambardella. L'un de ses seuls regrets concernant l'exercice 2017/18 : "C'est frustrant, nous avions un bon groupe, d'amis. Nous nous sommes manqués à Tours. Il y avait la place pour aller peut-être un peu plus loin. Mais retenons tout de même notre belle série."

Le plaisir du jeu avant tout 

Pour les nombreux observateurs ayant connu Hakim quelques années plus tôt sur les terrains annexes du Stadium, la différence est édifiante avec le joueur d'aujourd'hui. De l'élément talentueux mais "impulsif" en U17, l'international tricolore occupe désormais un poste majeur, loin de l'électron libre difficile à cerner. Les explications sont nombreuses : "Il faut remettre dans le contexte : jeune, je découvrais la vie au coeur d'un Centre de Formation, je ne dormais plus chez moi. Alors oui, lorsque je voyais une injustice sur un terrain, je dégoupillais rapidement, notamment envers les arbitres. Mais j'ai muri, je suis un homme maintenant, j'ai 19 ans (rires). Je sais faire la différence entre ce qui est important et ce qui ne l'est pas."

Parmi les progrès, et pour le plus grand bonheur de ses coachs, Hakim se montre plus efficace, malgré son désir de faire le show : "Pour moi c'était important de marquer davantage. Tout le monde ne parle que de ça désormais. Par moments, lorsqu'on regarde les résumés, on a l'impression que seul le nombre de buts compte dans la saison d'un joueur. Même si, si je pouvais, je continuerais à faire mes crochets de l'extérieur du pied droit pour effacer mes adversaires (rires).

Le Pitchoun a également dû faire la sourde oreille à de nombreux articles, malgré son jeune âge, ainsi qu'à quelques sollicitations douteuses : "Je ne m'intéresse pas à tout ça. Moi, sincèrement, je pense foot tous les jours, et à être le meilleur possible sur le terrain. Je sais que ma famille a été contactée par des intermédiaires, mais elle ne me dit rien et préfère me laisser dans ma bulle ici au Centre. Et puis, je n'ai qu'un seul désir : c'est de disputer mon premier match en professionnel avec le TFC. Ce serait superbe pour moi, et pour Driss (Khalid) également : la boucle serait bouclée ! On a commencé ensemble en U14 avec la Coupe du Midi, ça commence à faire un bail maintenant (sourire) ! "

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Vous pouvez modifier les réglages de votre navigateur à tout moment. En savoir plus