"Ici, nous avons grandi comme
joueurs et comme hommes"

Partager l'article
Publié le 28/03/2019 à 17h10
Modifié le 07/04/2019 à 21h10

Après leurs souvenirs des grands débuts en professionnels, nos anciens Toulousains, aujourd'hui Londoniens, se sont livrés sur la vie au coeur du club, et du Centre Technique. L'occasion de reparler des nombreuses combinaisons révisées les jeudis ! 

 

Le Centre Technique

ÉtienneMoi je me souviens, j’étais à côté de Cheikh (ndlr: Cheikh M'Bengue). J’ai jamais bougé de place.

Moussa - Moi, à côté de Santos.

IssaJ’étais à ta place Étienne, à côté de Choco Trejo.

Moussa - Dans ce Centre, il y a quand même eu de grands moments, avec la période Tecktonik d’Étienne (rires). Bryan (ndlr : Bergougnoux) mettait de l’argent, comme un jukebox, pour le voir continuer sa danse. Le deuxième souvenir, c’est le concours de sapes entre Fodé Mansaré et Dédé Gignac. À force de se réclamer mec le mieux habillé du vestiaire, on a décidé d’un concours. Le lendemain, ils devaient chacun venir sur leur 31. Les joueurs étaient les juges, avec la table bien installée au milieu. Fodé avait été bon, avec chemise, comme à un mariage. Franchement la classe. Et puis vient Dédé, en survêtement et mocassins. Incroyable ! 

Étienne - Les échanges de cadeaux aussi, ça valait le détour. Bergougnoux avait offert un cochon à Gignac, Alex Bonnet avait reçu un lapin aussi. Mais mes meilleurs souvenirs, ça reste les feuilles A4 sur les casiers. À chaque faute d’orthographe, il y avait une croix. Il devait y avoir Serge dans les cancres (rires).

Serge - Oh oui, c’était trop bon. Étienne, fais pas genre, tu y étais aussi !

 

"Mais oui les Bruges, un truc de fous ! Combien de temps on a passé sur ces combinaisons ? Mais n’empêche que c’était pas du temps de perdu. On était vraiment redoutés sur coups de pied arrêtés."

 

Les combinaisons

Étienne - Les séances du jeudi au Centre aussi, quand tu arrivais et que tu savais que c'était le jour des coups de pied arrêtés. "Aujourd'hui, on va pas finir de bonne heure"...

Issa - C'était le début des Bruges c'est ça ? 

Serge - Mais oui les Bruges, un truc de fous ! Combien de temps on a passé sur ces combinaisons ? N’empêche, c’était pas du temps de perdu. On était vraiment redoutés sur coups de pied arrêtés.

Issa - Tu sais que lorsque le Coach Casa m’a fait participer à certaines séances, il y avait la "Capoue" à l’époque !

Étienne - Carrément ? J’ai vraiment marqué ce club alors (rires).

Serge - Il y en avait des vraiment méchantes. Et dire que tout ça part de Bruges en Europa League (rires). Mais on en a débloqué des matchs pourris avec ces combinaisons !

Moussa - Le jeudi, attention, coups de pied arrêtés, sacré souvenir ! Mais maintenant, quand on regarde les matchs de très haut niveau, c’est trop important : Bruges 1, Bruges 2, Bruges 3, c’était long oui, mais c’était déterminant.

Étienne - Et puis, il y avait aussi les longues touches de Pavle ! Il rigolait pas lui là-dessus. Un super mec, tellement gentil pour les autres.

 

Un discours marquant ?

Étienne - Faut demander à Issa ça !

Issa - Évidemment, ce n’est pas une surprise, c’est avant Angers avec Pascal Dupraz. Il y avait tout comme sensations.

Moussa - J’ai eu aussi ça avec Elie Baup, avant Valenciennes (ndlr : lors de la dernière journée de la saison 2007/08, une victoire 2-1 pour assurer le maintien). Conditions assez similaires où il faut gagner pour laisser le club en Ligue 1. J’étais jeune, et tu as beaucoup de pression sur ce match là. Je ne suis pas rentré, mais je pense que j’aurais eu peur de faire la bêtise de trop qui fasse descendre le TFC. Derrière, tu as des emplois, des réductions de salaires en jeu. Tu ne peux rien faire à la légère. Le coach avait fait un long et bon discours.

Serge - Je n’ai pas eu un moment en particulier moi, même à Lens, même si quand des mecs comme Eric Sikora te parlent, c’est impressionnant. Mais j’ai eu beaucoup d’échanges avec le Coach Casa. Parce que quand ces deux se sont barrés (ndlr : il pointe Moussa et Etienne), je suis devenu un peu le boss (rires). Lens, c’est ma formation. Toulouse, on peut dire que j’ai commencé ma carrière de footballeur. Coach Casa, c’était une vraie belle relation. J’ai eu des pères dans le football, et il en fait partie.

 

 

Les actions citoyennes 

ÉtienneCela a toujours été un plaisir de les faire. Nous aussi on a été petits, donc voir des gamins aussi heureux de nous rencontrer, de passer quelques heures avec nous, faire des photos, c’était du plaisir partagé. Cela nous faisait aussi du bien de quitter le monde professionnel. On ne peut pas dire que c’était un retour à la réalité, mais l’idée d’imaginer ces petits derrière l’écran nous soutenir pendant les matchs, c’était aussi une marque d’affection qui nous faisait du bien.

La moindre des choses, c’est aussi de venir quand eux sont dans le besoin. Le TFC a toujours organisé ces moments sobrement, et avec pour seul but que les enfants prennent du plaisir. C’était bien le plus important, et ça le reste aujourd’hui. 

Moussa - Les moments les plus durs restent dans les hôpitaux.

Serge - C’est dans ces moments là que tu te dis que la vie ne tient à rien.

Moussa - À partir de ces actions, on a sans doute vu les choses différemment dans nos carrières. Comment nous on oserait se plaindre après une blessure ? Il y a des choses tellement plus graves dans la vie. Monter sur ses grands chevaux pour une banalité, on a - je pense - arrêté de le faire à partir du moment où on a compris via ces actions que nous étions loin d’être les plus malheureux dans la vie.

 

"Aujourd’hui, les jeunes ont davantage de chances que nous pouvions en avoir à notre époque. Avant les joueurs de qualité étaient peut-être plus nombreux dans chaque effectif, et les coachs ne prenaient pas autant de risques que maintenant."

 

Un conseil aux jeunes dans les Centres de Formation ?

Étienne - Arrêter les conneries d’Instagram. Pour réussir, il n’y a qu’une chose à faire, c’est se concentrer sur le football, et rien d’autre. C’est malheureux, mais les petits pensent que le nombre de followers va déterminer leur carrière ou non. C’est faux, c’est très loin de la réalité.

Dès que tu vois un beau but, il est sur les réseaux maintenant. La vérité, elle est sur le terrain. Et surtout, elle fait mal quand tu n’atteins pas ton objectif. Nous, on a eu de la chance, mais on a été la chercher. On a travaillé pour pouvoir l’avoir un jour. Travailler, c’est un conseil cliché, mais rester concentrer sur son objectif, c’est ça l’important.

Serge - Aujourd’hui, les jeunes ont davantage de chances que nous pouvions en avoir à notre époque. Avant, les joueurs de qualité étaient peut-être plus nombreux dans chaque effectif, et les coachs ne prenaient pas autant de risques que maintenant. C’était dur de s’imposer mais nous l’avons fait parce que nos anciens coachs ont un jour décidé de nous lancer dans le grand bain.

L’important, c’est de ne pas se croire arrivé avant de l’être vraiment. Un match ne suffit pas pour gagner sa place. S’ils veulent arriver au plus haut niveau, il faut faire des sacrifices tous les jours. Les talentueux, ils existeront toujours. Mais les talentueux qui restent tout en haut, c’est les plus bosseurs.

Étienne - On parle un peu comme Casa' finalement (rires).

Moussa - C’est vrai, mais il avait et a encore tellement raison. Et je peux d’autant plus te le dire que j’en ai morflé avec lui (rires). Il y a vraiment des moments où je lui en voulais parce que j’avais l’impression qu’il attendait toujours plus de moi. Mais il était dans le vrai. Si on en est là Étienne, Serge et moi, c’est parce qu’on a su comprendre qu’il ne voulait que le meilleur pour nous. Déjà, humainement, il t’apprend beaucoup de choses.

Comme le disait Étienne, les jeunes ne doivent pas oublier pourquoi ils sont dans les Centres, ce que représentent ces sacrifices. Leur but, c’est d’avoir une carrière. Ils vont passer par des moments difficiles, rien ne sera jamais simple. Il faudra alors qu’ils s’accrochent. On le voit même pour des stars qui ont des creux. Ils réussissent à rebondir. Croire en soi, avant tout, et rester focus.

IssaPour moi, c’est le travail. Mais le plus dur, finalement, ce n’est pas d’aller avec les professionnels, et faire deux ou trois entraînements. Ils auront leur chance, à condition qu'ils s'en donnent les moyens. Le club est un club formateur, dans le bon sens du terme. Le tout, c’est de savoir la saisir et de ne plus quitter les séances après. Il faut marquer les points et ensuite rester.

 

 

Le TFC pour nous aujourd'hui

Étienne - C’est un bout de notre vie quand même ! Aujourd’hui, si on est tous les quatre des joueurs de Premier League, c’est surtout grâce au TFC. Sincèrement, on a travaillé pour en arriver là, mais on a pu compter sur de très bons formateurs, un bon centre et des personnes bienveillantes qui nous ont fait grandir humainement. Des bons jeunes, il y en a partout, ce sont les excellents formateurs qui font la différence.

En fait, je ne peux pas avoir de mauvais souvenirs du club. Même dans les mauvais moments, les personnes autour de nous ont toujours tout fait pour nous faire relativiser et repartir au travail. Des mecs comme Pantxi, et bien d’autres, nous ont élevé. On était peut-être déjà des gens biens, mais on est devenu encore meilleurs.

Toulouse, ça représente ma jeunesse. J’ai débarqué à 14 ans, j’en suis parti à 23 ans. Mon rêve de devenir footballeur a pris forme ici. Ma vie a changé en arrivant dans cette ville. J’ai eu les moyens, grâce au club, de réussir. (Moussa Sissoko)

Serge - Le TFC, c’est le début de ma vie professionnelle. Lens restera pour moi comme le cocon familial. La vraie vie, elle a débuté en arrivant à Toulouse, comme pour Issa ce fut le cas cet été à Londres. Toulouse, c’était mon entrée dans la vie vraiment active.

Étienne - On t’a tout appris en vrai. On t’a montré comment ça se passait ici. On t’a donné les clés de la ville. (rires)

Serge - J’ai débarqué dans un groupe sérieux, mais garni de gros déconneurs. Moussa, Étienne, Franck (Tabanou), Adrien (Regattin) et bien d’autres. Pour ma progression, il me fallait des jeunes et une bonne mentalité. J’ai trouvé ici tout ce qu’il me fallait. Aujourd’hui, nos vies ont évolué. On est pères, on a des familles. Ces chemins, ils ont commencé sur l’île du Ramier.

Issa - Toulouse, c’est mon club, mais surtout ma ville. J’ai tout ici, des années incroyables au Centre, où j’ai rencontré mes meilleurs amis. Rien ne pourra remplacer l’affection que j’ai pour ce club. Je lui dois tant de choses.

Moussa - Toulouse, ça représente ma jeunesse. J’ai débarqué à 14 ans, j’en suis parti à 23 ans. Mon rêve de devenir footballeur a pris forme ici. Ma vie a changé en arrivant dans cette ville. J’ai eu les moyens, grâce au club, de réussir. Mon premier contrat professionnel, mon premier match, mon premier but, ma première sélection… J’ai tout connu ici.

C’est une ville et un club qui resteront à jamais gravés. Quand j’ai le temps, je repasse avec plaisir. Je vais voir les gens du club et une partie de ma famille. À travers les médias, je n’hésite jamais à laisser des petits messages. Même si je suis né à Paris, mon club de coeur ne peut être que Toulouse. Il m’a fait grandir comme joueur et comme homme !

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Vous pouvez modifier les réglages de votre navigateur à tout moment. En savoir plus