"L'équilibre est
toujours fragile"

Partager l'article
Publié le 10/11/2018 à 22h20
Modifié le 10/11/2018 à 22h20

Titulaire au cours des douze premières journées de championnat, et auteur de deux réalisations cette saison au Stadium, Matthieu Dossevi s'est livré à tfc.info avant la réception d'Amiens. Le milieu toulousain, qui pourrait bientôt fêter sa deux-centième apparition en Ligue 1 Conforama, a notamment dressé un bilan du premier tiers du championnat, tant collectivement que personnellement.

Matthieu, on ne t'a pas vu t'entraîner en début de semaine, avant de revenir progressivement aux entraînements ces derniers jours. Comment te sens-tu ? 

Je suis tombé sur le genou à Strasbourg lors de la dernière journée de championnat. Je suis resté un peu bloqué le week-end et j'ai donc effectué des soins en début de semaine. Désormais, tout va beaucoup mieux. Il ne devrait pas y avoir de problème quant à ma participation pour le match demain face à Amiens. 

Justement, cette treizième journée de championnat est déjà importante sur le plan comptable. Aujourd'hui, le TFC a quatre points d'avance sur le club picard. En cas de succès, ce serait un petit trou d'effectué (+7). 

Evidemment, un succès ce samedi nous permettrait de réaliser un petit bond au classement, avec l'idée de recoller aux équipes situées au-dessus de nous. Mais notre réflexion n'est pas uniquement comptable. Il y a avant tout l'envie de nous relancer, avec un succès qui nous fuit depuis un moment maintenant. Celui-ci créerait à coup sûr un petit boost pour tout le vestiaire. Après, c'est toujours difficile de parler d'envie de série quand tu sais que le prochain match se disputera au Parc des Princes...

Aujourd'hui, il ne faut pas nous tromper de défi. L'objectif premier du club reste le maintien, et de ce fait Amiens est un concurrent direct. On se doit de gagner à la maison, pour la dynamique, l'ambiance, mais aussi pour les supporters qui eux aussi attendent une victoire. Deux mois sans nous imposer, cela pèse pour tout le monde. 

 

 "On s'aperçoit qu'il n'a pas forcément fallu grand chose pour enrayer la machine. Je pense que l'accumulation de plein de détails a influé sur nos prestations. Aujourd'hui, il n'y a pas une raison en particulier pour expliquer cette série : il y a les blessés, deux-trois erreurs individuelles, d'arbitrage, et aussi des faits de jeu qui ne nous ont pas aidés." 

Peut-on aussi parler d'esprit de revanche après le dernier revers à domicile en championnat, le 0-3 face à Montpellier ? 

On ne se préoccupe par forcément de cela, parce que nous sommes passés rapidement à autre chose après ce revers. Il le fallait. C'était un non-match. Notre volonté, comme je le répète, c'est de casser la dynamique actuelle et mettre un petit coup de boost à tout le monde. 

Aujourd'hui, comment parviendrais-tu à expliquer cette série de huit rencontres sans le moindre succès (ndlr : sept en Ligue 1 Conforama et une en coupe).

L'équilibre d'un groupe, d'une dynamique, est toujours fragile. On s'aperçoit qu'il n'a pas forcément fallu grand chose pour enrayer la machine. Je pense que l'accumulation de plein de détails a influé sur nos prestations. Aujourd'hui, il n'y a pas une raison en particulier pour l'expliquer : il y a les blessés, deux-trois erreurs individuelles, d'arbitrage, et aussi des faits de jeu qui ne nous ont pas aidés. Quand tu cumules tout cela en l'espace de seulement deux mois, l'addition est lourde.  

Il faut tout de même relativiser, parce que dans notre malheur nous sommes tout de même parvenus à arracher quelques points au mental. Ils seront toujours précieux en fin de saison, même si rien ne remplace la sensation de victoire. 

Ne penses-tu pas que le beau jeu pratiqué en début de saison, qui en a surpris plus d'uns, a depuis été bien analysé et contré par vos adversaires ? 

Nos adversaires ont analysé notre jeu, c'est une certitude. Mais la dynamique actuelle, plus compliquée, vient avant tout de nous. Pour pouvoir reproduire le jeu pratiqué en début de saison, il était nécessaire d'avoir un groupe au complet et une confiance bien supérieure à celle que nous avons actuellement. Nous pratiquons un jeu osé, ambitieux, mais affirmé. Nous savions qu'à des moments nous le paierions cash.

Je repense encore à la réception de Saint-Etienne (2-3), qui reste comme le match ayant enrayé la machine. On perd le match sur trois erreurs individuelles. Le coup au moral a été dur à encaisser. Dans nos intentions, nous avons été par la suite plus timides. Il ne faut pas grand chose pour que tout soit un peu moins bien. Et lorsque c'est le cas, tes adversaires en profitent.

 

"Mon bilan personnel ? Je dirais un peu à l'image de l'équipe, mitigé. Il y a de bonnes choses, il y a de la régularité, mais je ne suis pas encore assez décisif à mon goût. Quand on est compétiteur, et notamment quand l'équipe a des difficultés, on a envie d'être décisif à de nombreuses reprises pour l'aider. Je suis un joueur d'expérience dans ce groupe. De ce fait, c'est aussi à moi d'apporter ce vécu au groupe pour lui permettre encore de progresser. C'est aussi par mes prestations que je suis censé apporter."

Nous arrivons à la treizième journée, et donc à la fin du premier tiers de championnat. Aujourd'hui, si tu devais dresser un bilan collectif de ce début de saison...

Le bilan de ce premier tiers est forcément mitigé, avec un très bon début de saison et le 9/12 réalisé. La suite est plus négative. Attention, elle n'est pas complètement noire parce que nous n'avons pas enchaîné huit défaites de rang. Mais certaines l'ont été sur des scores larges, et ont fait du mal. À l'inverse, je pense que des matchs nuls, comme celui de Rennes, peuvent avoir la valeur d'une victoire, sans les trois points... Bien entendu, quand tu ne gagnes pas pendant deux mois, c'est compliqué d'avoir un bilan entièrement positif. Il y a un peu de regret d'avoir "gâché" ce si bon début de saison. 

Individuellement, tu n'as pas manqué un seul match, avec douze titulairsations en autant de journées. Si tu devais aussi dresser un bilan... 

Je dirais un peu à l'image de l'équipe, mitigé. Il y a de bonnes choses, de la régularité, mais je ne suis pas encore assez décisif à mon goût. Quand on est compétiteur, et notamment quand l'équipe a des difficultés, on a envie d'être décisif à de nombreuses reprises pour l'aider. Je suis globalement content de débuter tous mes matchs, mais je pense que je suis capable de beaucoup mieux faire sur le plan comptable. Je suis encore dans une période d'adaptation, de mes coéquipiers et des principes du coach. Je travaille toutes les semaines pour apporter plus à l'équipe, et je suis persuadé que cela ira de mieux en mieux au fil des journées. 

 

"La barre des 200 matchs en Ligue 1 ? Cela prouve la régularité dans mes performances, à une époque où les jeunes ne cessent de s'intégrer et de s'imposer. La concurrence est importante désormais. Une fois passé cette barre, j'irai chercher les 300 (sourire) ! "

Tu viens de le dire, ton adaptation n'est pas encore terminée. On te voit d'ailleurs échanger à de nombreuses reprises avec le staff, aux débuts et aux fins d'entraînements.  

C'est vrai, on échange souvent sur ce que l'on peut compléter, travailler. Je suis un joueur d'expérience dans ce groupe. De ce fait, c'est aussi à moi d'apporter ce vécu au groupe pour lui permettre encore de progresser. Comme on le disait avant, c'est aussi par mes prestations que je suis censé apporter. Mais pour cela, il faut avant être performant toute la semaine à l'entraînement. 

En parlant d'expérience, tu pourrais fêter, à Caen en décembre prochain, ta deux-centième apparition en Ligue 1 Conforama. Une barre plus que symbolique, en sachant que tu as également évolué à l'étranger ! (nldr : Olympiakos, Standard de Liège)

Je n'avais pas calculé, mais c'est toujours bien de le savoir et de l'avoir fait (sourire). Cela prouve la régularité dans mes performances, à une époque où les jeunes ne cessent de s'intégrer et de s'imposer. La concurrence est importante désormais. Une fois passé cette barre, j'irai chercher les 300 (sourire). Il est nécessaire de toujours se fixer des objectifs un peu plus hauts !  

Au rayon des objectifs, il y a aussi la Coupe d'Afrique des Nations, et un gros match qui t'attend avec le Togo face à l'Algérie ! 

C'est vrai qu'il se profile à Lomé un match super important. En cas de résultat positif dimanche (ndlr : le dimanche 18/11 à 17h00), nous disputerions un match très très chaud face au Bénin en mars, un "derby" pour une qualification. Ce sont en général des matchs intenses à disputer, surtout là-bas. Ce seront de nouvelles bonnes expériences à vivre. Des compétitions comme la C.A.N, elles se méritent, donc nous devrons tout donner pour pouvoir y participer ! 

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Vous pouvez modifier les réglages de votre navigateur à tout moment. En savoir plus