Loin de l'Allianz,
Nice assure

Partager l'article
Publié le 05/10/2018 à 21h35
Modifié le 05/10/2018 à 21h35

Actuels treizièmes du championnat avec seulement dix points en poche, les Niçois peinent en ce début de saison. Vainqueurs la saison passée au Stadium (1-2), Pierre Lees-Melou et les siens se déplacent ce vendredi sur l'île du Ramier sans Balotelli, et avec une attaque en panne d'inspiration. Attention toutefois aux Aiglons, redoutables loin de leur base.


La dynamique

Un après PSG à digérer 

Ils avaient pourtant réussi à se remettre la tête à l'endroit, sur la pelouse de La Beaujoire, en parvenant à l'emporter lors de la septième journée (1-2). Seulement, la confiance accumulée par ce succès plien d'opportunisme n'aura pas suffi aux Aiglons pour faire tomber l'ogre parisien quatre jours plus tard. Dans une Allianz Riviera copieusement garnie, les hommes de Patrick Vieira sont tombés les armes à la main (ou au pied...), vaincus par plus forts qu'eux.

Contre nos Toulousains, l'OGCN aura donc certainement à coeur de relancer sa dynamique. Jouer à l'extérieur ne lui fait pas peur, avec 70% de ses points glanés à l'extérieur. A ce jour, Nice n'apparaît qu'à la treizième place du classement, avec dix points, payant un début de saison complètement manqué (1/9). 


La stat'

Des problèmes devant 

On avait pris l'habitude, depuis quelques saisons maintenant, de suivre les progrès d'un secteur offensif niçois spectaculaire. Seulement, depuis le début de saison, l'attaque de l'OGCN marque clairement le pas. Six petits buts inscrits en huit rencontres, le dix-huitième bilan de l'élite (seuls Guingamp et Amiens font moins bien). Pour retrouver la trace d'un bilan aussi faible, il faut remonter à la saison 2006-2007. A cette époque pas si lointaine, les Niçois s'inclinaient au Stadium sur la plus petite des marges, d'un but signé Jérémy Mathieu. 

Notons que sur les six réalisations inscrites par les hommes de Patrick Vieira, cinq l'ont été en seconde période. Le milleur buteur des Aiglons se nomme Allan Saint-Maximin (2). Prudence.


L'interrogation

Les Aiglons feront-ils mieux sans Balotelli ?  

Impliqué sur aucun but depuis le début de la saison, Mario Balotelli est bien loin du sauveur aperçu la saison passée et espéré à la fin du mercato estival. Absent lors de deux des trois succès des Aiglons cette saison (Rennes et Nantes), l'Italien ne pèse plus sur les défenses adverses, au contraire des jeunes et vifs Saint-Maximin et Maolida. Le constat est sévère, mais visiblement partagé par Patrick Vieira, puisque celui-ci a choisi de ne pas retenir son attaquant dans le groupe du soir. Un choix fort, qui s'ajoute aux absences de Cyprien (suspendu) et Makengo (blessé). 

Titulaire pour la dernière fois à Montpellier, et non aligné du côté de Nantes et face au Paris Saint-Germain, le jeune Olivier Boscagli pourrait réintégrer le XI pour former une défense à cinq. 

Le XI possible : Benitez - Jallet, Hérelle, Dante (c), Sarr, Boscagli - Tameze, Walter, Lees-Melou - Maolida, Saint-Maximin (ent : Patrick Vieira)    


Les choix de Patrick Vieira

Le groupe niçois : Benitez, Clémentia - Hérelle, Dante, Sarr, Atal, Burner, Boscagli, Coly, Jallet - Tameze, Walter, Lees-Melou, Srarfi - Saint-Maximin, Maolida, Sacko, Ganago.


Le dernier match

Dix minutes en enfer

TFC 1-2 OGCN, le mercredi 29 novembre 2017 (J15)

Tout avait pourtant idéalement commencé pour nos Violets, en ce mercredi soir de la fin du mois de novembre 2017. Un ballon gratté par Alexis Blin dès la troisième minute de jeu, suivi d'un centre parfait à destination du renard Andy Delort, lançait les hostilités. Le Sétois ne se privait alors pas pour ouvrir le score (1-0). Jusqu'à la soixantième minute de jeu, il n'y eut en réalité qu'une seule équipe sur le terrain, dépassant outrageusement un adversaire en infériorité numérique à partir de la quarantième minute. 

Seulement, à l'heure de jeu, la rencontre tournait à partir d'un penalty arrêté par Benitez devant Jimmy Durmaz. Les dix dernières minutes voyaient un changement tatal de physionomie. Expulsé, Kelvin Amian concédait un penalty transformé par Balotelli (1-1), avant que Srarfi n'offre une victoire inespérée aux siens dans le temps aditionnel (1-2). Un scenario de folie à la base de la folle remontée niçoise au classement. Pour cause, l'OGCN enchaînait sept autres rencontres de Ligue 1 sans défaite après cette quinzième journée de championnat... 

La composition toulousaine : Lafont - Amian, Diop (c), Jullien, Moubandje (puis Yago 52') - Durmaz (puis Sylla 81'), Bodiger (puis Cahuzac 57'), Blin, Gradel - Delort, Jean (ent : Pascal Dupraz)

 

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Vous pouvez modifier les réglages de votre navigateur à tout moment. En savoir plus