Saison 1952-53

Au revoir le Purgatoire !

Possédé de manière compulsive et obsessionnelle par le rêve de D1, le TFC s'en remet donc à un mécène de poids : Jean-Marc Puntis. Ancien trésorier de Bardou dans les bureuax du club, il devient le nouveau président en ce début de saison et lui aussi martèle de façon monomaniaque cette vive intention.

Pour atteindre ses ambitions, Puntis débarque son entraineur Edmond Emée pour le remplacer par Charles Nicolas qui pourra aligner dans son onze-type Cahuzac et "Ploum Ploum" Pleimelding, deux nouveaux venus au Téfécé. Mais surtout, en décembre 1952, c'est en Finlande que les recruteurs toulousains braquent la bijouterie du Mercato en installant dans la vitrine du Stadium un diamant brut dénommé Aulis Rytkonen. Sur le présentoir du rectangle vert, les perles toulousaines voit s'installer à leur côté un frêle et longiligne finnois prêt à briller de mille feux. Un beau cadeau de Noël !

Pour son premier rendez-vous avec l'Hexagone contre l'AS Cannes, le 11 janvier 1953, "l'Artiste" Rytkonen fait un festival dans l'écrin haut-garonnais (2-0) et entonne une douce symphonie technique dans un passage de 11 victoires en 12 matches. Le songe de la D1 est là, la Meinau est l'ultime obstacle dans la lutte à l'élite. Le 4 avril, 1 000 acharnés téfécistes ont parcouru la France afin de soutenir les leurs parmi les 27 000 vociférations alsaciennes. Rossi, sur pénalty et Mellberg, meilleur gâchette du Championnat (27 réalisations), assomment Strasbourg (2-1).

La joie est immense, incommensurable, le retour tant souhaité en Première Division devient réalité. Flânant dans son Paradis footballistique, la tornade rouge et Blanche balaye tout sur son passage à l'image des tonitruants succès face à Valenciennes (4-0), Angers (8-4) et Perpignan (7-2). En Coupe de France, le sort stoppe lui son acharnement résiduel et le TFC atteint enfin les 8èmes de finale (FC Sète, 2-3); chose inédite dans la compétition depuis 1946. Reversé en Coupe Drago, destinée aux clubs professionnels éliminés avant les Quarts, les Haut-Garonnais affrontent le FC Sochaux en finale. Les Doubistes mènent 3-0 à la pause, les Toulousains égalisent à 3-3 et la pièce de monnaie tombe sur la mauvaise face au tirage au sort départageant les deux équipes.

Assurément promu, Toulouse est Champion de D2 en marquant 92 buts et n'en concèdant que 29 (+65 de différence de buts)... Quelle différence avec le marasme de l'année dernière !

Haut : Rossi, Meerseman,  Pleimelding, Hadad, Rouxel, Abderamane
Bas : Bouchoux, Dereuddre, Bengtsson, Melberg, Grillet

Effectif

  • René Pleimelding
  • Pierre Cahuzac
  • Léon Rossi
  • Pär Bengtsson
  • Aulis Rytkönen
  • Bror Mellberg
  • Meerseman
  • Hadad
  • Rouxel
  • Abderramane
  • Bouchouk
  • Dereuddre
  • Bengtsson
  • Grillet

Les dirigeants

  • Lonné /  Puntis President
  • Nicolas Entraineur

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Vous pouvez modifier les réglages de votre navigateur à tout moment. En savoir plus